Atelier d’alphabétisation « Français et langue étrangère »

samedi 15 décembre 2018
par  Daniel Codazzi
popularité : 16%

Participer au combat contre l’illettrisme, donner la possibilité d’apprendre le français ou d’en améliorer la maîtrise afin de faire reculer l’exclusion, est l’une des nombreuses actions sociales du Secours populaire.

Maîtriser le français pour être autonome et s’intégrer

Des cours d’initiation au français sont proposés afin de permettre aux personnes migrantes et aux personnes de langue maternelle française ayant été peu ou pas scolarisées d’acquérir une plus grande autonomie dans leur quotidien. Ces ateliers sont principalement réservés aux personnes en réelle difficulté d’intégration, qui manquent de repères au sein de la société.

JPEG - 102.8 ko

Lire le courrier, comprendre son voisin, échanger au téléphone ou sur Internet, faire les courses, accéder au système de santé… c’est tout l’enjeu de ces séances. Pour certains, c’est aussi un moyen de les aider à assurer au mieux leur rôle parental (soutien aux devoirs, suivi des programmes, échanges avec les professeurs...).

Une meilleure maîtrise du français est, ensuite, la clé pour une meilleure insertion sociale et professionnelle : accéder à ses droits, chercher ou progresser dans un emploi, intégrer le système institutionnel de formation, ou encore obtenir un premier diplôme.

Ce jeudi 13 décembre, dans le cadre de notre campagne des Pères Noël Verts, les bénévoles de l’équipe alphabétisation se sont réunis avec les élèves autour d’un petit repas préparé par les bénévoles

Au menu, tarte aux poireaux, à la courgette et chèvre, quiche mais aussi une multitude de desserts plus appétissants les uns que les autres et qui ont enchantés nos papilles.

Pour terminer, nous nous sommes même essayés à un exercice de calligraphie en écrivant « Bonne année « dans les différentes langues des apprenants, à savoir : arménien, russe, arabe mais aussi argentin...

Un vrai moment de partage et d’échanges culturels qui réchauffe les cœurs et prouve s’il le fallait encore que les différences des uns et des autres permettent une vraie convivialité.